CAP MMVF EP2

Passer le CAP MMVF #2

Après les épreuves PSE et l’épreuve EP1, il reste l’épreuve EP2: 16h de couture.

L’ épreuve EP2, la dernière mais non la moindre, se déroule sur 2 jours.
2 x 8heures pour coudre un vêtement selon le tissu et le patron fourni.
Depuis toujours, le vêtement cousu à l’EP2 est celui étudié lors de l’EP1. Quelle n’a donc pas été notre surprise à l’ouverture des plis ce mardi matin, quand est apparue un bout de patron avec une manche. Il n’y a pas de manche sur une robe chasuble!
Pour la première fois, le sujet entre l’EP1 et l’EP2 a été modifié!

Il s’agissait donc cette année, de coudre un combi-short en crêpe noir: CAPMMVF EP2.
Si les vêtements proposés lors de cette épreuve ne sont pas toujours enthousiasmants (à part la veste Agathe), il faut bien avouer que cette année, le sujet est d’actualité et très inspirant. Mais il regorge de petites difficultés:

  • Le tissu est un crêpe de polyester noir
  • Des poches italiennes
  • Des pinces et des plis plats
  • 1 poche passepoilée
  • De la dentelle plaquée
  • Un corsage au dos croisé et doublé en fourreau
  • Une ceinture avec passants
  • Une fermeture à glissière invisible
  • Des revers bagués main en bas des jambes
CAP MMVF Combishort

Il n’y a donc pas de quoi lambiner. Seize heures peut sembler être un temps très long, en réalité, j’ai eu à peine le temps de regarder l’heure, ou de voir le temps qu’il faisait dehors. (moche).
Nous étions chacune équipée d’une piqueuse plate et avions à disposition une surfileuse professionnelle, une presse thermocollante et des fers vapeurs avec aspiration.

Le patron est fourni sur planche, il faut donc, après avoir étudié la gamme de montage, commencer par découper précisément chacune des pièces, puis les positionner précisément sur le tissu (fuyant!) en respectant le plan de coupe, et faire contrôler notre travail par un examinateur, avant de procéder à la coupe.

La gamme de montage était claire et relativement précise (extrait ci-dessous). Mais outre les difficultés mentionnées plus haut, il y eu 3 interruptions en cours de montage pour apporter des correctifs à la gamme de montage…et des contre-correctifs!!
Simplement agaçant pour certains, j’avoue que ça a été assez déstabilisant pour moi qui peine à me concentrer.

CAP MMVF Gamme de montage

Si j’ai bien réussi la poche passepoilée (mais j’ai lu trop vite l’énoncé et je n’ai pas arrondi le fond de poche lors du surjet…) et les poches italiennes, le plaquage de la dentelle m’a donné un peu plus de mal. Je souhaitais qu’elle soit absolument plaquée par son galon pour que ce soit aligné et propre, j’ai du m’y reprendre à 2 fois par endroit…et à 3 fois ayant fait des mariages avec le tissu du dessous lors de la reprise!!
C’est aussi ça la joie de la piqueuse plate, elle avale autant d’épaisseur de tissus que souhaité sans qu’on s’en rende compte!
J’ai donc perdu un peu de temps avec ça, mais en définitive ce travail là était vraiment propre.

L’assemblage du corsage et de sa doublure en fourreau s’est bien passée également….après avoir potassé le processus le soir entre les 2 jours d’épreuves!
C’est lorsqu’il a fallu assembler le corsage et le short que je me suis rendu compte que j’avais oublié de réaliser 2 plis plats, et que le croisement dans le dos n’avait pas été réalisé sur les bons crans. Là également, j’ai perdu du temps, faute d’attention.

La réalisation de la ceinture, qui peut paraître simple en théorie, est rendue bien compliquée par le crêpe. J’ai eu beau repasser, épingler soigneusement, le crêpe s’est fait la malle au moment de piquer et la ceinture était un peu vrillée. Je l’ai posée sur l’envers en espérant que les correcteurs n’y regarderaient pas de trop près!!! (peine perdue…)
Les passants ont été réalisés et posés très facilement à la piqueuse plate; j’appréhendais la fixation étant donné les surépaisseurs de tissu, mais la piqueuse plate ne s’arrête pas à ce genre de détails (et on l’en remercie!).
La fermeture à glissière invisible a été posée dans un élan d’urgence face à l’heure qui avançait plus vite moi. Le résultat n’est évidemment pas magnifique, et hors tolérance.
C’est ensuite que tout s’est compliqué avec la réalisation et pose des manches montées. Pour poser les fils d’embu sur les têtes de manche, j’ai du modifier le réglage de la piqueuse plate, en modifiant la tension du point comme je le fais habituellement sur ma machine. (est-ce que finalement, en augmentant la longueur du point, ça n’aurait pas été aussi efficace?). Une fois l’embu résorbé, je n’ai malheureusement jamais réussi à retrouver une tension correcte sur la machine et le montage des manches a donc été très compliqué et je l’ai repris plusieurs fois.
Heureusement, c’était la dernière chose à réaliser à la piqueuse plate.
Il ne restait alors qu’à surfiler les bas de jambes, puis à réaliser un ourlet invisible à la main, enfin à éplucher et contrôler le vêtement avant de l’étiqueter.

Malgré toute l’énergie déployée, et bien que j’ai sur la fin cousu plus vite au détriment de la qualité, je n’ai pas réussi à aller au bout de l’épreuve et la déception est immense. Si je suis fière de mon travail sur toute la première partie, je le suis beaucoup moins du travail fait « dans l’urgence », comme la fermeture invisible, les manches et les ourlets que j’ai fait à peu près, mais que je n’ai pas pu finir.
La légende raconte qu’il faut avoir fini le vêtement pour obtenir la moyenne. Nous serons clairement nombreuses à échouer cette année si c’est vraiment la règle. Le directeur du département mode semblait dire qu’au vu du nombre d’erreurs dans le sujet, ils seraient indulgents et prendraient cette donnée là en compte.

Au final, je suis heureuse d’être allée jusqu’au bout. Etant donné le temps et l’énergie que j’ai investis dans ce projet, je serais extrêmement déçue de ne pas être reçue. Mais ce fut une expérience très enrichissante; travailler pendant 2 jours sur du matériel professionnel sans rien n’avoir d’autre à penser a été un grand plaisir, et me conforte dans l’idée que j’ai vraiment besoin de remettre le manuel au cœur de ma vie.
Résultats à venir d’ici mi-juillet…. #tobecontinued

Photos: je n’ai pas eu le temps, ni le réflexe de prendre des photos ni pendant l’épreuve, ni après l’épreuve, c’est une grande déception…je verrai s’il est possible de récupérer le vêtement en juin prochain.

1 réflexion sur “Passer le CAP MMVF #2”

  1. Ping : Le CAP MMVF #2 – – Sous la Carapace des Ours –

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *